Un nouveau clavier « certifié » français

English version

C'est en lisant cette brèvecette brève sur le site du Monde que je me suis désolé de voir que nos hauts fonctionnaires devaient se trouver des justifications à leur « non-travail ». En effet, on apprend que le Ministère de la Culture et de la Communication a pour projet de créer une normepour projet de créer une norme pour avoir un clavier « français ». Cette norme devra être débattue à l'AFNOR l'AFNOR qui devra présenter le résultat de discussions entre, je cite : « les associations de défense et de promotion de langues, les commanditaires de matériels, les fabricants et les éditeurs de logiciels ».

Tout cela pour quoi ? Différentes dispositions de clavier existent déjà pour les francophones : la traditionnelle AZERTY, mais également la disposition québécoise (dont la norme CAN/CSA Z243.200-92CAN/CSA Z243.200-92 existe déjà au Canada), la disposition suisse… Sans oublier, bien sûr, la disposition BÉPO (que j'utilise quotidiennement) qui comble toutes les remarques remontées par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Au final, quel sera le rapport coût/bénéfice d'une telle norme quand on sait que 99% des gens utilisent la disposition AZERTY et qu'il faut environ 1 mois de pratique quotidienne pour s'adapter et être aussi efficace avec une nouvelle disposition. Qui va faire l'effort de changer sa manière de travailler ?

Combien cela a déjà coûté et combien cela va coûter au contribuable français ? N'y a-t-il pas des choses plus importantes dans le numérique qu'une norme concernant la disposition des claviers.

Nos hauts fonctionnaires en sont donc rendus à créer du vent pour justifier leur place et leur budget. C'est bien dommage quand on voit la culture numérique de la classe politique française. Il y a bien d'autres sujets plus importants que celui-ci.